Bonne nouvelle ! Retour à nos délais habituels pour le traitement des commandes, réouverture de plusieurs succursales et un nouveau service de cueillette en magasins offert.


Vous êtes curieux de connaître la réalité des artistes en période de confinement ? Nous aussi !
Nous avons donc décidé de leur poser quelques questions afin de prendre de leurs nouvelles et en apprendre plus sur leur nouvelle réalité.

Découvrez avec nous de quelle façon leur créativité a été transformée depuis le début de la pandémie et ce qu’ils ont à nous partager à ce sujet.

Les artistes sont une source d’inspiration inégalée, d’autant plus lors de cette période de confinement.
Laissez-vous inspirer avec nous !

Mike Wills | Brook & Peony | Lysa Jordan | Hugo Landry


Cette nouvelle réalité n’a pas tellement changé mon quotidien. Je commence à peindre en fin d’après-midi et je continue tard dans la nuit, car c’est à ce moment que je suis le plus créatif. Cependant, je réalise plus des œuvres de qualité et non en quantité, puisque j’ai maintenant plus de temps pour créer ! J’ai ralenti le rythme auquel je peins, en me concentrant davantage sur chaque trait, ligne ou forme.

Cela m’a fait réaliser que je produisais des peintures trop rapidement, surtout parce que je voulais les partager le plus vite possible. Je ne mettais pas tout mon cœur dans mon travail. Maintenant, je peins simplement parce que j’aime ça, chose que j’avais un peu oubliée. En prenant plus de temps pour réaliser chaque œuvre, j’ai adapté mon processus de création. J’esquisse mes idées et je les décompose en formes, auxquelles j’ajoute ensuite lentement des détails. Quand je peins, je veux savourer le moment. Je réalise maintenant que, de cette façon, mon travail vaut plus — pas plus en argent, mais plutôt en qualité puisque je prends mon temps pour créer et je suis encore plus fier de ce que je présente.

J’essaie de rester en contact avec ma communauté en publiant un peu plus sur mon processus et les projets sur lesquels je travaille, plutôt que sur seulement le résultat final. J’aime aussi poser des questions pour prendre de leurs nouvelles, même si nous traversons des moments difficiles. Les réseaux sociaux nous permettent d’engager un dialogue ouvert, d’échanger facilement et de nous entraider pendant cette période.

Découvrez le portrait complet de l'artiste



Le confinement en famille m’a fait réaliser que lorsque vient le temps de créer, je dois le faire à tête reposée. J’étais déjà consciente que j’avais besoin de solitude et de calme pour créer, mais là, j’en ai eu la confirmation ! En ce moment, j’ai donc mis mes projets personnels et créatifs un peu de côté pour me concentrer sur le bien-être de ma fille et le mien.

Je suis aussi beaucoup plus indulgente envers moi-même, autant sur mes attentes sur ce que je réussirai à accomplir que le résultat lui-même. Je fais des bricolages avec ma fille beaucoup plus pour le plaisir que pour le résultat esthétique. Le perfectionnisme a pris le bord ! Je partage tout de même les créations avec mes abonnés lorsque je crois que ça pourrait inspirer ou donner des idées aux parents pour occuper leurs enfants un petit 10-15 minutes. Nous sommes tous à la recherche d’idées pour divertir nos tout-petits en ce moment et j’espère pouvoir donner un coup de main en ce sens avec mes publications.

J’ai eu beaucoup de questionnement sur le fait de publier ou non sur les réseaux sociaux au début de la pandémie. J’en suis venue à conclusion que, sans ignorer la situation, et en continuant à mon rythme de produire du contenu inspirant, c’était bienvenu et même attendu de ma communauté. Évidemment, mon objectif est d’offrir un divertissement agréable, sans prétention, pendant une période difficile que nous traversons tous ensemble. Nous avons tous besoin de voir du beau et du bon durant une période comme celle-ci. Personnellement, quand je vais moins bien, je consulte toujours les pages de mes instagrammeurs et artistes préférés pour me changer les idées. Donc j’espère être une de ces personnes pour ma communauté et leur apporter du positif, un sourire ou, tout simplement, un moment de détente.

Découvrez le portrait complet de l'artiste



Depuis le début de la période de confinement, j’observe à quel point la création est un moyen puissant d’évasion qui me permet d’oublier pendant quelques heures la réalité actuelle. Je me concentre sur chaque coup de pinceau, chaque trait et sur la poésie des couleurs. J’oublie complètement ce qui se passe autour de moi. C’est un outil très puissant pour relaxer et me créer une petite bulle. J’en profite aussi pour essayer de nouvelles choses, me faire des projets personnels.

Mon processus créatif n’a pas changé beaucoup puisque je suis déjà habituée au travail autonome à la maison. Cependant, plusieurs projets et vernissages n’auront pas lieu cette année et ces changements ont modifié ma charge de travail. Je me suis retrouvée avec beaucoup plus de temps libre, ce qui m’a donné l’espace pour explorer et développer différents projets personnels que je n’avais jamais le temps d’entreprendre auparavant. Aussi, je fais beaucoup d’aquarelle en ce moment, c’est un médium que j’adore et qui me permet vraiment de relaxer. J’ai fait une nouvelle série d’aquarelles qui n’était pas prévue du tout. Elle se nomme « Floral Daydreams ». J’ai eu énormément de plaisir à la créer… un monde imaginaire de fleurs et de mouvement.

Malheureusement, j’ai dû annuler plusieurs ateliers qui étaient prévus pour le printemps. C’est une période très plaisante pour donner des ateliers en groupe et je trouve ça tellement dommage. J’ai alors pris l’initiative de créer plusieurs tutoriels qui sont maintenant accessibles gratuitement en ligne. Le retour a été tellement positif, plein de gens m’ont partagé leurs créations. J’ai aussi réussi à aider les gens à s’équiper et comprendre comment utiliser l’aquarelle ou l’acrylique avec quelques-uns de mes conseils. Je suis comblée de pouvoir partager ainsi ma passion.

Découvrez le portrait complet de l'artiste



Mon lieu de création a complètement changé. Je suis passé d’un grand atelier d’artiste au centre-ville de Québec à mon cabanon en banlieue ! Qui dit cabanon dit aussi manque d’espace. J’ai donc dû diviser la maison en zones. Le cabanon me sert d’endroit pour peindre. Tandis que mon salon me sert d’espace de séchage et qu’une pièce à l’étage est utilisée pour le vernis. C’est une situation déstabilisante, et il me manque mes repères habituels. Malgré tout, l’humain s’adapte et continue d’avancer. J’y trouve une force et une énergie nouvelle pour créer.

La période de confinement m’a aussi fait réaliser que l’art peut se faire partout. Souvent, par le passé, j’accordais beaucoup d’importance à ma bulle de création. Pour moi, c’était important que tout soit rangé, aéré et zen pour que je puisse créer. Maintenant, je comprends que ce n’est pas le lieu qui fait l’œuvre. De créer dans un autre contexte, entre des bidons d’essence et une tondeuse par exemple, ne change rien au résultat… Ma bulle créative, c’est plutôt un état d’esprit.

Pour rester connecter avec les gens et briser un peu l’isolement, j’utilise beaucoup les médias sociaux. Je m’efforce de faire plusieurs publications chaque semaine. J’essaie aussi de partager mon quotidien d’artiste. Permettre à mes abonnés une incursion dans mon atelier et partager mes dernières créations avec eux. Je me suis aussi lancé des défis de création… M’inspirer de la crise et du confinement pour faire des œuvres qui reflètent ce qu’on vit actuellement. La création a eu un effet thérapeutique bénéfique autant pour moi que pour la communauté, de par les commentaires positifs des gens.

Découvrez le portrait complet de l'artiste