Exploration des différents types de papiers par Richard Cameron Morneau

De l'aquarelle aux techniques mixtes, à chaque papier sa technique ! Mais quel papier choisir ? L’artiste multidisciplinaire, Richard Cameron Morneau a exploré pour vous différents types de papiers et vous livre ici ses précieux conseils pour choisir le type le plus adapté à votre pratique.
Voir les produits suggérés

Quelles sont les différences entre les types de papier ? Quelles sont les informations importantes pour choisir un papier ? Que signifie le grammage ? Quel papier pour quel médium ? Richard Cameron Morneau démystifie le papier pour vous en testant différents types. 


PAPIER AQUARELLE

Le papier aquarelle, mélange de coton et de fibres de papier, se distingue par sa résistance à l'humidité : il peut absorber l'eau et ainsi accueillir des médiums humides (il pourrait donc à ce titre être utilisé aussi avec de la gouache).

Sur une tablette aquarelle, plusieurs éléments nous permettent de lire les informations du papier :
- Le grammage : le papier aquarelle est répertorié selon le nombre de grammes par mètre carré. Plus le chiffre est élevé, plus le papier est lourd et épais, et plus il a la capacité d'absorber des médiums humides sans risquer de gondoler. Si le grammage est en bas de 300 g, le papier (plus mince) pourrait granuler pendant la création.
- Les dimensions : en pouces ou en centimètres, elles peuvent également apparaître sous forme de mesures européennes (A3, A4, etc.).
- La quantité : soit le nombre de feuilles présentes dans la tablette.
- Les informations de fabrication, notamment la mention « sans acide » : signifie qu'avec le temps, le papier n'aura pas tendance à jaunir. Le papier sans acide est à favoriser pour conserver nos œuvres intactes pendant longtemps.
- Le grain du papier (la texture) est généralement identifié à l'aide de plusieurs catégories distinctes selon la pression, parmi lesquelles :

  • Grain fin (cold pressed) : capture bien le pigment, absorbe une grande quantité d'eau et est très robuste, possible de l'utiliser avec de la gomme-réserve et faire de multiples lavis.
  • Grain satiné (hot pressed) : très lisse, on l'appelle aussi papier satiné, conseillé pour les détails et les légers lavis.

- La conservation : s'il est possible d'appliquer un vernis protecteur, il est nécessaire de vérifier sur la bouteille s'il est compatible avec un médium humide. Si oui, appliquer sans en mettre trop et laisser sécher entre les différentes couches.

Les papiers aquarelles explorés par Richard :
- Le coup de cœur de Richard : Tablette aquarelle de Fabriano
En humidifiant une zone et en laissant courir le pigment, on constate avec ce papier une belle capacité d'absorption. Il est également adapté pour permettre énormément de précision.


- Tablette aquarelle XL de Canson
Sur ce papier très lisse, au grain fin, le pigment va courir plus rapidement. C'est un papier idéal pour le travail de précision. Du fait de son épaisseur mince, c'est un papier qui va avoir tendance à onduler légèrement plus.


 - Bloc papier aquarelle grain fin, grain torchon et grain satiné
Le papier Arches est un papier de qualité professionnelle, plus dispendieux. Il est disponible en grain fin, grain satiné et grain torchon.

  • Arches grain fin (cold Pressed)

On trouve sur son emballage une information supplémentaire sur sa composition : 100 % coton. C'est un papier qui va pouvoir absorber davantage l'eau et sera donc idéal pour employer la technique mouillé sur mouillé, sans risque que le papier ondule.

  • Arches grain torchon

S'il s'agit du plus gros grain, ce papier permet tout de même d'aller chercher énormément de détails si vous travaillez sur un papier sec. Si on humidifie le papier, le pigment va courir de manière plus aléatoire dans les craquelures et les reliefs du papier.


Différence de résultat entre le papier grain fin et le papier grain torchon :

  • Arches grain satiné (hot pressed)

Ce papier lisse au grain satiné permet un travail dans les détails ; des lignes franches et précises.


De gauche à droite : Arches grain satiné, Arches grain fin, Arches grain torchon, Canson grain fin, DeSerres X Fabriano.


« Choisir le bon grain de papier reste à la discrétion de l'artiste. Il vous faudra explorer et expérimenter afin de choisir votre favori. Toucher les papiers en magasin est une façon simple et intuitive d'identifier la surface que vous préférez. »


PAPIER TECHNIQUES MIXTES

Si vous pensez utiliser plusieurs techniques dans votre projet artistique, les tablettes spécialement conçues pour techniques mixtes seront votre choix de prédilection. Leur grammage généralement autour de 160 g/m2 vous offrira une densité idéale ! En utilisant le même processus pour chaque papier, Richard décortique les limites et les avantages de chaque support : de l'aquarelle pour le fond, puis un mélange d'autres applications dont les marqueurs à l'alcool, marqueurs à l'eau, crayons de bois et marqueurs à l'acrylique. Voici le résultat en images :

Les papiers techniques mixtes explorés par Richard :

- Le cahier techniques mixtes par Canson
160 g, reliure spirale, feuilles détachables. Les pages de ce carnet présentent un côté lisse et un côté vélin. Le papier gondole légèrement quand humidifié.

- La gamme de papiers Paint'On de Clairefontaine
Parmi les papiers Paint'On, Richard a exploré pour vous le lisse, le recyclé et le naturel. Le papier « Naturel » reste de loin son favori : il est lisse, un peu granulé et sa teinte permet de jouer avec du clair-obscur en apportant des accents de lumière aux illustrations.




- La tablette pour techniques mixtes DeSerres X Fabriano

De gauche à droite : Canson, Paint'On lisse, Paint'On recyclé, Paint'On naturel, techniques mixtes DeSerres X Fabriano.

PAPIER MARQUEURS

Pour travailler avec des marqueurs à l'alcool, il convient d'utiliser un papier conçu exclusivement pour leur utilisation. Ce type de support a une surface veloutée et très lisse, qui permet d'obtenir de superbes rendus de couleurs. Les papiers pour marqueurs sont très minces et légèrement translucides : ils n’absorbent pas l’encre, celle-ci sèche plutôt à la surface du papier. La couleur ne passe donc pas au travers de la feuille et ne tache pas votre surface de travail.

- Bloc marqueur XL de Canson
Attention de ne pas abuser sur la quantité. Si vous mettez trop de couches, le marqueur à l'alcool n'aura pas le temps de sécher et va « plaquer ».

PAPIER YUPO

Le papier Yupo est un papier transparent fait de polypropylène à 100 % (matière plastique). Il offre une alternative unique aux papiers d'art traditionnels. À l'épreuve de l'eau et résistant aux taches, aux déchirures et aux gondolements, il est exceptionnellement fort et durable. Papier au fini translucide, avec une surface ultra lisse et non absorbante, Yupo est un support différent du papier à dessin ou aquarelle ordinaire et nécessitera quelques ajustements de la part de l'artiste.

Les observations au sujet de ce papier :
- Aux premiers essaies, le pigment va glisser sur le support très lisse, il y aura peu de contrôle. C'est un papier qui s'apprivoise.
- La surface peut être essuyée pour restaurer le blanc d'origine de la feuille, ce qui en fait une excellente surface pour les débutants.
- Possibilité de venir réactiver la création : en effet, il est possible de revenir sur une peinture, superposer des couches, les enlever pour révéler le blanc de la feuille, gratter des ombres pour révéler des zones plus claires.
- Importance de fixer votre projet une fois terminé.



PAPIER NOIR

Idéal pour composer un dessin en négatif, le papier noir s'associe à merveille avec des marqueurs acryliques blancs et/ou de l'aquarelle iridescente.
Voici l'utilisation en image par Richard du Nuuna’s cahier de notes « Not White » de Nuuna.


À votre tour d'explorer les papiers !

REVISIONNEZ TOUTES LES EXPLICATIONS DE RICHARD CAMERON MORNEAU ICI :