Savoir-faire : Les mélanges de couleurs à l’huile

Voici quelques conseils pour développer une palette de possibilités illimitée à partir de cinq teintes.
Lire plus ci-dessous
Maîtriser les mélanges de couleurs requiert de la pratique, mais c’est une étape importante de la peinture à l’huile. Voici quelques conseils pour développer une palette de possibilités illimitée à partir de cinq teintes. De quoi gagner en confiance !

MATÉRIAUX:

  • Peintures à l’huile
  • Pinceaux
  • Feuille de plexi transparente ou palette en verre
  • Térébenthine sans odeur
  • Chiffon ou papier essuie-tout
  • Image de référence

INSTRUCTIONS :

Comment mélanger les couleurs à l’huile ?

Étape 1 : 
Ce tutoriel technique sur le mélange des couleurs à l’huile propose de créer sa palette à partir de cinq teintes. Avec ces cinq bases, on peut mélanger à peu près toutes les couleurs voulues à l’exception des hyper saturées, des fluorescentes et des métalliques. Il est possible d’ajouter plus de teintes pré-mélangées à sa palette de départ, mais en apprenant à mélanger ses couleurs soi-même, on peut en faire beaucoup plus, et éviter bien du gaspillage.

Préparer le mélange en commençant par presser un peu de chaque teinte de base sur une palette en verre ou en plastique transparent.

Les teintes de base : Blanc titane, Jaune de cadmium, Alizarine cramoisie, Bleu d’outremer, Ombre brûlée



Étape 2 : 
Sur une feuille de papier ou un coin de palette, peindre un cercle chromatique comme référence pratique, au besoin. D’un coup de pinceau, appliquer un trait de chaque teinte primaire, en les disposant en trois points suivant la forme d’un triangle. Laisser le marron et le blanc de côté. Mélanger les couleurs primaires en parts égales et créer des orange, vert et violet, si désiré.

Étape 3 :
Les règles des mélanges de couleurs sont simples.
  • Bleu et jaune = vert,
  • Rouge et jaune = orange,
  • Bleu et rouge = violet
Pour rendre une couleur moins intense, ajouter sa couleur opposée du cercle chromatique. Pour pâlir ou donner de la luminosité à une couleur, ajouter du jaune ou du blanc, ou les deux. Pour assombrir une couleur, ajouter du bleu ou du marron, ou les deux.

Mélanger une petite quantité de chaque teinte de base sur la palette et regarder ce qui se passe, comment les couleurs se forment et se transforment. L’observation est le meilleur moyen de saisir à quel point les couleurs s’influencent mutuellement.

Plusieurs nuances de noir différentes peuvent enrichir la profondeur d’une peinture. Pour créer un noir de base, mélanger le bleu et le brun ensemble. Pour créer un noir chaud ou froid, ajouter une touche de rouge ou de bleu au mélange de base.

La valeur d’une couleur représente sa luminosité (ou brillance). Lors du mélange de couleur, il est important de viser à faire correspondre la valeur de la nouvelle couleur avec celle de départ en premier lieu, avant de se soucier de la teinte elle-même. Mélanger suivant la valeur mène habituellement plus facilement à la bonne teinte ou couleur.


Étape 4 : 
Pour se pratiquer à mélanger les couleurs, choisir ou imprimer une image de référence, la placer sous une vitre ou une feuille de plastique transparente. Suivant la technique démontrée, partir de sa palette de base (5 couleurs) et tenter de reproduire les teintes et valeurs correspondant aux couleurs de l’image de référence. Peindre directement sur la vitre, effacer au chiffon si la couleur n’est pas encore la bonne. Ajuster les mélanges et expérimenter.



ASTUCES

  • Notez les recettes des mélanges de couleurs fréquemment utilisés dans un journal de bord ou un carnet de croquis
  • Nettoyez vos pinceaux et palette avec un solvant inodore