2020 nous en a fait voir de toutes les couleurs et vous n’avez cessé de nous impressionner avec vos œuvres aux couleurs arc-en-ciel remplies d’espoir et de positivisme. Autant les artistes professionnels que ceux qui ont découvert l’art pour la toute première fois, cette année, nous avons fait appel à votre talent afin de vous célébrer, vous et votre passion pour la création.

À la suite de l’appel à la communauté que nous avons émis il y a quelques semaines, nous avons reçu des images touchantes et surtout, vraies. Vous avez su nous toucher et pour vous remercier, nous sommes allés à la rencontre de trois profils qui nous ont fait sentir à quel point l’art leur faisait réellement du bien.

Découvrez Marjolaine – Directrice marketing et communications, Edmund – Directeur créatif et son fils Artie, ainsi que Marie-Josée – Artiste visuelle.

Ces quatre créatifs inspirants sauront vous émouvoir à travers leurs mots et bien évidemment leur art.

Bonne découverte !


Marjolaine, pouvez-vous nous parler de votre relation avec l'art et de son évolution au fil des ans ?

L’art a toujours fait partie de nos vies. Mes plus vieux, et surtout, plus beaux souvenirs créatifs remontent à quand mon père était toujours avec nous et qu’il jouait de la guitare dans la bibliothèque de la maison. Je me souviens d’un moment où on n’était que tous les deux, je m’étais mise à danser et virevolter, ça le faisait sourire. Je m’étais dit dans ma tête de petite fille que ce serait un beau souvenir, une scène de film comme papa les filmait par son métier. J’avais raison, c’est toujours resté. Je l’ai aussi vu écrire. Beaucoup. Ses petits cahiers de notes trainaient partout. Il créait souvent, d’une manière ou d’une autre. Et chez moi, cette passion créative s’est traduite par mon amour pour l’écriture et la création de toiles. J’ai appris à peindre avec la peinture à l’huile, à l’acrylique et tout récemment, je me suis amusée avec l’aquarelle grâce à un atelier offert par DeSerres avec Lysa Jordan.

Maintenant que j’ai mon propre enfant qui adore les tracteurs et les ballons, j’ai envie de dire que j’ai un peu moins le temps. C’est là que j’ai découvert l’art comme cadeau pour soi. Quand je m’installe dans mon atelier, je m’offre du temps et de l’espace dans le cœur et dans la tête. Je ne pense qu’à ce dont j’ai envie de créer, aux couleurs, aux textures — et à la personne à qui j’offrirai la création.

Comment se manifeste généralement votre processus créatif ?

Côté beaux-arts, j’aime et j’ai besoin de m’inspirer avant de commencer. J’ai besoin de voir des images pour débuter mon processus. Je navigue, je voyage, et après, je laisse mon cœur aller. J’aime me retrouver toute seule, comme si mon côté créatif avait besoin de prendre toute la place dans l’atelier. Sauf deux fois, c’est vrai. À deux reprises (quand le contexte nous le permettait), j’avais invité des amis à venir créer une toile avec moi. On s’était installés ensemble, on avait éparpillé nos couleurs dans toute la pièce, on se faisait voyager par de la musique. On jasait, on s’amusait, on riait et on créait. On a dansé aussi.

Depuis, j’ai deux toiles magnifiques qui trônent dans ma maison et ce sont mes favorites. Elles me rappellent de magnifiques souvenirs et chaque fois que je passe devant, je pense à ces amis que je garderai pour toute ma vie. C’était une expérience totalement différente et j’ai adoré. C’est vraiment une belle idée.


Que représente pour vous la phrase « l’art fait du bien » ?

C’est la vérité. L’art, peu importe sous quelle forme, fait réellement du bien. Parfois je peins, d’autres fois, j’écris. Dans les deux cas, mon cœur et ma tête sont en cavale. Il n’y a que ça qui compte, le monde extérieur devient sur pause. L’art, peu importe sous quelle forme, m’a beaucoup aidé à retrouver la lumière des moments plus gris de ma vie !

Souhaitez-vous transmettre votre passion pour l’art à votre enfant ? Si oui, pour quelle(s) raison(s) ?

J’ai bien envie de lui présenter l’art, mais de façon toute naturelle comme mon papa l’a fait pour moi. Rien n’a été forcé, les passions se sont transmises et transformées d’une génération à l’autre, toujours en ayant la création au cœur de nos amours. J’aimerais que Lou comprenne que l’art, la peinture, l’écriture et la musique peuvent vraiment devenir un exutoire. Je lui montrerai comment l’art m’a aussi aidé à passer à travers sa grande histoire. Et d’ailleurs, si vous saviez comme j’ai hâte de lui raconter par mes écrits. Il va voir comme il est le plus fort au monde, et aussi, réaliser comment il a inspiré mon art.

Quels sont vos produits coups de cœur DeSerres qui font partie de vos rituels artistiques depuis plusieurs années ?

Je n’ai jamais acheté de matériel pour la création de mes toiles et de mes illustrations ailleurs que chez DeSerres. En existe-t-il d’autres ? Ma première professeure de peinture m’a présenté cette entreprise familiale et c’est resté. En plus, chaque visite se transforme en discussion et en échange avec les experts sur place. TOUT s’y trouve. Mes chevalets, mes toiles, mes cadres, mes couleurs et mes crayons favoris au monde viennent de là.

La peinture acrylique, les spatules, les pinceaux, les vernis et les marqueurs (AH, et le savon à pinceaux Les Maîtres) sont mes produits coups de cœur !

Ses produits préférés

Grille Liste

Définir par ordre décroissant

3 Produit(s)

Grille Liste

Définir par ordre décroissant

3 Produit(s)





Edmund et Artie Lam X DeSerres


Edmund, pouvez-vous décrire le rôle que l'art a joué dans votre vie/carrière ?

Je peux dire sans hésiter que l'art a été la source de toutes mes passions les plus profondes. Mes parents m'ont inscrit, avec mes deux frères aînés, à des cours de dessin quand j'avais 3 ans et je suis tombé amoureux instantanément. Cela m'a appris à ne pas seulement voir les choses, mais à les observer et à essayer de les comprendre. Cette passion pour la création et l'expression m'a finalement conduit à fonder un groupe de musique, à enregistrer plusieurs albums et à faire des tournées dans tout le pays, ainsi qu'à obtenir un baccalauréat en beaux-arts, et enfin à faire carrière en tant que directeur créatif dans le domaine de la mode et du marketing.

Qu'est-ce qui passionne le plus Artie dans les arts ?

Je pense qu'il aime créer des choses qui représentent ce qu'il ressent et ce qu'il aime, ce qui implique souvent des activités avec sa famille, des animaux et ses personnages de dessins animés préférés.

Que représente pour vous la phrase « L’art fait du bien » ?

Pour moi, rien n'est plus agréable que la satisfaction de créer, de faire naître quelque chose qui n'existait pas auparavant. Petite ou grande, la création est pour moi un moyen de m’exprimer, de m’asseoir avec un morceau de papier, un ordinateur ou une guitare et de voir ce qui en sort.


Lorsque vous créez avec votre fils, comment décririez-vous ces moments ?

Quand on crée ensemble, ça me rappelle notre lien. On a moins l'impression d'avoir une relation père-fils dans ces moments-là, on devient plutôt deux personnes qui jouent, explorent et s'amusent ensemble, tout simplement. Je suis toujours fier de nos créations, car elles sont des exemples de cette expérience particulière.

Edmund VS Artie : Quels sont vos 3 essentiels DeSerres ?

Artie :
Des marqueurs, des ciseaux et du ruban adhésif étincelant.

Edmund :
Un crayon 2B, un carnet de croquis et une gomme à effacer.

Leurs produits préférés

Grille Liste

Définir par ordre décroissant

4 Produit(s)

Grille Liste

Définir par ordre décroissant

4 Produit(s)





Marie-Josée Bergeron X DeSerres


Marie-Josée, parlez-nous de votre parcours artistique en quelques lignes.

Je suis diplômée en Arts plastiques et je détiens un baccalauréat en Design de l’environnement. J’ai travaillé de nombreuses années en direction artistique et en aménagement d’intérieur pour Ikea ainsi qu’au réseau TVA, à titre de chroniqueuse, « art et déco » pour la défunte émission « Tout simplement Clodine ».

En 2009, j’ai contracté une grave maladie qui m’a précipité aux soins intensifs, je fus opéré et hospitalisé durant plusieurs semaines. Suite à cet épisode dramatique, j’ai décidé que l’art allait redevenir une priorité, et ce, pour le reste de ma vie. Depuis 2010, parallèlement à ma pratique artistique, j’offre des ateliers en peinture acrylique et en techniques mixtes dont la mission est de mobiliser le plus de gens possible au pouvoir de la créativité et de l’intuition. Depuis le début de la covid, mes ateliers se sont transformés en formations virtuelles et je rejoins une communauté de passionnés pour qui l’art est source de détente, de thérapie et parfois même, de guérison.

Nous sommes tous conscients que l’année 2020 représente une succession d’événements sur lesquels nul n’a eu le contrôle, quels ont été vos apprentissages en tant qu’artiste au cours des derniers mois ?

Premièrement, je suis fière de dire qu’il est possible d’être, à la fois, artiste et entrepreneure. J’en suis la preuve vivante. La covid m’a poussé à concrétiser le rêve de créer des formations artistiques en ligne afin de rejoindre une plus large communauté. Depuis mars, je suis très heureuse d’aider des gens à briser l’isolement et d’avoir redonné l’envie à certaines personnes de ressortir leurs pinceaux. Ces formations en ligne ont transformé ma façon d’enseigner. Le lâcher prise et faire confiance à l’inconnu n’aura jamais été si de circonstance.


Que représente pour vous la phrase « l’art fait du bien » et êtes-vous prête à affirmer que sa représentation a évolué tout au long de votre carrière ?

Tout à fait. L’art fait partie de ma vie. En fait, l’art est en moi, je ne peux me dissocier d’elle. Pour avoir frôlé la mort suite à cette maladie, je peux vous garantir que, si je n’avais pas écouté ma petite voix (celle de me plonger tête première dans l’art et la créativité), je ne crois pas que je serais ici aujourd'hui pour en parler et partager ma passion. Je suis honorée d’accompagner, depuis plus de 10 ans, des groupes de tous âges et de différents milieux afin de les sensibiliser au pouvoir de la créativité et d’aviver leur esprit intuitif. Je me plais à dire que se salir les mains avec la peinture, les couleurs, les textures, les matières et le collage a un impact bénéfique sur notre bien-être physique et mental, car l’art stimule l’imagination, façonne les concepts et concrétise les idées.

Que souhaitez-vous à la prochaine génération d’artistes ?

Mon objectif, depuis plusieurs années, est que l'art puisse faire partie de notre quotidien et de nos conversations, tout comme la gastronomie, la décoration ou l’environnement le sont devenus. Je suis convaincue qu’ensemble, (médias, artistes, entrepreneurs, enseignants, communauté artistique) nous avons le pouvoir de convaincre la population que l’art est essentiel et important dans nos vies. Plus nous démocratiserons cette discipline, plus ce sera bénéfique pour les générations futures. Aussi, je souhaite que le tabou entre l’argent et les artistes soit démantelé et que les jugements tombent, si, par exemple, un artiste réussit à bien gagner sa vie avec son art ! Je souhaite qu’au Québec, il y ait plus d’acheteurs et qu’il y ait une prise de conscience sur l’importance d’encourager nos artistes d’ici.

Quels sont vos produits coups de cœur DeSerres qui font partie de votre processus créatif depuis plusieurs années ?

Tous les médiums utilisés pour les techniques mixtes : médium et gel mat Liquitex, médium à craquelure Golden, les acryliques High Flow de la marque Golden. Tout dernièrement, je viens de découvrir la gamme de peinture acrylique fluide Soft Body de Liquitex (gouache et acrylique).

J’aime avant tout mélanger les médiums, transformer la matière et faire confiance au processus créatif. Explorer et me laisser guider par mon intuition me permet de créer ce que j’appelle d’heureux accidents, provoqués par la fusion de la matière, la peinture et les crayons.

Comme je me plais à dire à mes étudiants : quand je vais chez DeSerres, je me sens exactement comme une petite fille dans un grand magasin de bonbons ! Que du bonheur !

Ses produits préférés

Grille Liste

Définir par ordre décroissant

3 Produit(s)

Grille Liste

Définir par ordre décroissant

3 Produit(s)